Lorsque vient le temps d’épargner et d’investir, plusieurs possibilités s’offrent à vous quant au choix du type de régime à privilégier. Les nombreux types de régimes enregistrés (CELI, REER, REEE, REEI, CRI et autres) présentent tous leurs particularités, leurs règles, leurs avantages et leurs inconvénients. Comment déterminer le régime le plus pertinent en fonction de vos objectifs et de votre situation ?

Type de régime ≠ Investissement

Il ne faut pas confondre régime enregistré et investissement. Un REER ou un CELI n’est pas un placement en soi, mais plutôt un véhicule de placement. Vous pouvez enregistrer différents types de produits financiers afin de bénéficier des avantages de ces régimes.

Par exemple, votre CELI peut contenir certaines actions, des certificats de placements garantis ou des fonds communs de placement.

Le Régime enregistré d’épargne-retraite (REER)

Le REER est un régime enregistré populaire. Le principal objectif du REER est de vous permettre d’épargner en prévision de votre retraite. Le fait que les cotisations soient déductibles de vos revenus est un avantage majeur du REER. Cela vous permet d’économiser de l’impôt à court terme.

Puisque vos cotisations REER réduisent votre revenu, vous pourriez voir majorer les prestations fiscales auxquelles vous avez droit, comme l’Allocation canadienne pour enfants. Si vous avez un enfant qui fréquente un service de garde, le coût net de vos frais de garde pourrait également être réduit.

Le REER permet également d’économiser de l’impôt si vous retirez ceux-ci à votre retraite et que vos revenus sont alors moins élevés que pendant votre vie active. En effet, lorsque vous décaisserez vos REER, le montant s’ajoutera à vos revenus et vous serez imposé en conséquence.

Si vos revenus à la retraite sont sensiblement les mêmes que pendant votre vie active, l’avantage fiscal sera négligeable, mais vos investissements auront fructifié à l’abri de l’impôt pendant plusieurs années, ce qui n’est pas à négliger.

Évidemment, si vous retirez vos REER durant votre vie active, l’avantage est perdu. Toutefois, sous certaines conditions, vous pouvez vous prévaloir du RAP ou du REEP et retirer une certaine somme de vos REER sans impact fiscal immédiat afin d’acquérir une première résidence ou de financer un retour aux études.

Effectuer un retrait de vos REER dans le cadre du RAP ou du REEP peut être avantageux, mais ce n’est pas toujours le cas. Assurez-vous de bien comprendre toutes les implications avant de prendre votre décision.

Notez qu’il est possible de cotiser à un REER dans une année donnée et de reporter la déduction d’impôt à plus tard.

Le compte d’épargne libre d’impôt (CELI)

Le CELI permet d’investir à l’abri de l’impôt. Les revenus de placements que vous gagnez dans votre CELI ne seront donc pas imposés. De plus, les revenus de placements générés dans votre CELI, ni les retraits de celui-ci ne limiteront votre admissibilité à certains régimes sociaux ou crédits d’impôt comme l’aide financière aux études (AFE) ou le supplément de revenu garanti (SRG).

Le CELI est un régime à privilégier si vous souhaitez épargner pour un projet quelconque à court ou moyen terme.

Si vos revenus sont faibles et que votre charge fiscale est minime, le CELI pourrait être plus avantageux que le REER pour épargner en prévision de votre retraite. En effet, si vos revenus sont sensiblement les mêmes lors de votre retraite que pendant votre vie active, privilégier le REER vous permettra seulement de reporter l’impôt.

Le régime enregistré d’épargne-études (REEE)

Le REEE permet d’accumuler de l’argent en prévision des études postsecondaires de vos enfants ou petits-enfants. Ce régime donne droit à des subventions avantageuses.

Vous devez toutefois cotiser à ce régime pour obtenir les subventions. Si vous n’y cotisez pas, vous ne les obtiendrez pas.

Il existe différents types de REEE : le régime individuel, le régime familial et le régime collectif. Les REEE collectifs prévoient des règles plus restrictives : vous devez prendre connaissance de ces règles et bien comprendre celles-ci avant d’adhérer à un tel régime.

Si vous êtes un grand-parent, vous pouvez ouvrir un REEE pour l’ensemble de vos petits enfants.

Profiter des avantages de ce régime est un incontournable si vous souhaitez financer les études de vos enfants ou petits-enfants.

Sachez que les subventions et le rendement appartiennent au bénéficiaire. Cependant, les cotisations effectuées appartiennent au souscripteur du compte (les parents dans la plupart des cas). Le REEE peut ainsi prendre une place importante dans votre plan financier.

Le régime enregistré d’épargne-invalidité (REEI)

Le REEI est un type de régime enregistré permettant d’accumuler des sommes d’argent afin d’assurer la sécurité financière d’une personne admissible au crédit d’impôt pour personnes handicapées.

Ce régime est certes complexe, mais les avantages sont considérables. Le gouvernement offre de généreuses subventions.

Si vous êtes admissible au crédit d’impôt pour personnes handicapées, ou que l’un de vos proches y est admissible, vous devriez vous intéresser sérieusement à ce régime.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, il n’est pas nécessaire d’être atteint d’un handicap majeur pour être admissible au crédit d’impôt pour personnes handicapées et bénéficier du REEI. Si votre situation présente des limitations quelconques, vous devriez vérifier les critères d’admissibilité et en discuter avec votre médecin.

Évidemment, puisque le REEI est destiné aux personnes souffrant d’un handicap, la dynamique peut parfois être particulière. Toutefois, nous pouvons vous aider à trouver une solution.

Les autres régimes

Évidemment, bien d’autres régimes enregistrés existent. Jusqu’à maintenant, nous nous sommes seulement attardés aux régimes auxquels il est possible de cotiser. La plupart des autres régimes enregistrés sont la continuité d’autres régimes enregistrés. Par exemple, le FERR est la continuité du REER.

D’autres régimes enregistrés peuvent découler de régimes immobilisés comme le CRI, le FRV et le REER immobilisé.

Les régimes non enregistrés

Vous pouvez également investir sans que votre argent soit enregistré dans un régime. Cependant, si vous investissez dans un régime non enregistré (ou régime ouvert), vous devrez payer l’impôt applicable sur les gains, les rendements et les intérêts générés.

Dans ce cas, certains produits financiers peuvent être plus avantageux sur le plan fiscal. Il peut également être plus avantageux de détenir certains titres à l’intérieur d’un régime enregistré et d’autres dans un régime non enregistré.

Conclusion

Différents types de régimes enregistrés sont disponibles. Chacun présente ses avantages, ses limites et ses inconvénients. De même, il existe une multitude de produits financiers qui vous permettent d’investir et de diversifier votre portefeuille.

Quel régime choisir ? Tout dépend de votre situation et de vos objectifs. En discuter avec un professionnel vous aidera à prendre une décision éclairée.


contact_01-2Charles Rioux Rousseau est associé principal, planificateur financier et conseiller en sécurité financière chez Consulta, Cabinet de services financiers.

N’hésitez surtout pas à lui poser toutes questions relatives à vos finances personnelles en lui écrivant à l’adresse suivante : charles@cabinetconsulta.com.



Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>