Vaut-il mieux rembourser vos dettes le plus vite possible ou retarder leur remboursement afin d’investir votre argent ? Ça dépend. En effet, vous devez considérer plusieurs éléments afin de choisir la meilleure option et de mettre en place une stratégie judicieuse quant à la gestion de vos dettes.

Dépenser trop

Si vous êtes endetté et que vous ne savez pas trop pourquoi, c’est peut-être parce que vous dépensez plus que ce que vous gagnez. Si c’est votre cas, avant de penser à une quelconque stratégie, vous devriez prendre le contrôle de vos finances personnelles. Faire un budget et le contrôler vous permettra d’y voir plus clair et d’ajuster vos dépenses en fonctions de vos revenus.


Rappelez-vous qu’emprunter pour soutenir votre rythme de vie ne sera pas viable financièrement à long terme.


Le type de dettes

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles vous pouvez contracter des dettes. Certaines de ces raisons peuvent être justifiables, d’autres non.  Il y a donc de « bonnes dettes » et de « mauvaises dettes ».

Généralement, les « mauvaises dettes » sont attribuables à des dépenses discrétionnaires (restaurants, spectacles, voyages, objets de luxe et autres loisirs) que vous auriez financées grâce à votre carte ou marge de crédit. Le taux d’intérêt associé à cet emprunt est probablement très élevé. Si vous êtes dans cette situation, il serait opportun de réfléchir à une solution pour rembourser ces dettes et de rajuster vos dépenses en fonction de vos revenus.

Les « bonnes dettes » sont celles qui sont liées à un actif, c’est-à-dire celles qui vous ont permis d’acheter quelque chose de tangible. Idéalement, cet actif devrait avoir une valeur qui ne décroîtra pas avec le temps.

Le cas de l’hypothèque

Par exemple, si vous avez contracté une hypothèque pour acquérir une maison, votre maison est l’actif lié. Si vous avez emprunté 250 000 $ pour acquérir une résidence dont la valeur est de 300 000 $, vous devez 250 000 $ à votre créancier, mais vous avez une maison de 300 000 $. Au net, vous avez une valeur de 50 000 $.

Le cas de la carte de crédit

Par contre, si le solde de votre carte de crédit est de 25 000 $ en raison de nombreux voyages que vous avez effectués, vous devez 25 000 $ à votre créancier, mais vous n’avez aucun actif lié. Bien que vous ayez pu tirer des expériences mémorables de ces voyages, ils n’ont aucune valeur monétaire. Vous ne pouvez pas revendre les voyages que vous avez déjà effectués pour rembourser le 25 000$ que vous devez à vos créanciers.

Le cas des prêts étudiants

Si vous avez emprunté pour financer vos études, bien que celles-ci ne représentent pas un actif tangible, vous avez investi en vous, ce qui devrait vous permettre d’améliorer votre avenir. En ce sens, l’actif lié à un potentiel immense.


Il est préférable de s’endetter pour acquérir des actifs qui feront accroître votre valeur nette.


Qu’est-ce que votre avoir net ?

Supposons qu’aujourd’hui vous décidez de partir en voyage autour du monde. Pour financer ce périple, vous vendez tous vos biens et vous remboursez toutes vos dettes. Combien auriez-vous alors dans vos poches ?

C’est ce que représente votre valeur nette (ou votre avoir net). Il s’agit de la valeur de tous vos biens moins celle de toutes vos dettes.

Plus votre valeur nette s’accroît, plus vous vous enrichissez. Marc Zuckerberg, le cofondateur et PDG de Facebook, aurait une fortune personnelle de plus de 60 milliards de dollars selon Forbes. Il s’agit en fait de sa valeur nette.

Disons que son périple autour du monde sera plus long que celui de bien des gens.

Vos objectifs

Vous serez probablement bien malheureux si votre seul objectif est de vous enrichir et d’accroître votre valeur nette. Par contre, tous les événements de la vie ont des implications financières importantes. S’assurer une retraite confortable, atteindre l’indépendance financière, financer les études de ses enfants ou réaliser un projet important sont tous des objectifs qui pourraient améliorer votre avenir et celle de vos proches.

Quand vient le temps de choisir entre rembourser vos dettes ou investir, il ne faut pas perdre de vue vos objectifs. Il en est de même pour tout ce qui implique la gestion de vos finances personnelles.

Le taux d’intérêt vs le taux rendement

Règle générale, tant que vous obtiendrez un taux de rendement supérieur à votre taux d’emprunt, vous vous enrichissez.

Prenons l’exemple que votre budget vous permettrait d’utiliser 500 $ par mois pour rembourser vos dettes ou pour investir.

Si le taux d’emprunt de votre hypothèque est de 3 % et que vous pouviez obtenir un taux de rendement de 6 % sur vos investissements, il pourrait être avantageux d’investir plutôt que de rembourser vos dettes. Le tableau suivant démontre que sur une période de 10 ans, investir vous permettrait de réaliser des gains de 22 349 $, tandis que rembourser votre hypothèque vous fera économiser 10 045 $ d’intérêts.

Note : Pour fin de présentation, le présent exemple suppose que le versement de 500 $ est effectué en début de mois. Le taux d’intérêt ou le taux de rendement périodique (mensuel) a été établi en divisant le taux annuel par 12 mois.

Si le taux d’emprunt de votre carte de crédit est de 18 % et que vous pouviez obtenir le même taux de rendement de 6 %, il sera plus avantageux de rembourser vos dettes. Le tableau suivant démontre que sur une période de 10 ans, investir vous permettrait de réaliser des gains de 22 349 $, tandis que rembourser votre carte de crédit vous fera économiser 108 129 $ d’intérêts.

Note : Pour fin de présentation, le présent exemple suppose que le versement de 500 $ est effectué en début de mois. Le taux d’intérêt ou le taux de rendement périodique (mensuel) a été établi en divisant le taux annuel par 12 mois.

L’effet levier ou faire de l’argent avec l’argent des autres

Certaines personnes empruntent spécifiquement pour investir. Cette stratégie s’appelle l’effet levier. C’est un peu le même principe qu’emprunter pour s’acheter une maison. Que ce soit pour investir en bourse ou dans l’immobilier, l’objectif est d’espérer un meilleur rendement que ce que vous coûte votre emprunt.

Autrement dit, c’est faire de l’argent avec l’argent des autres.

Par contre cette stratégie comporte des risques et n’est pas faite pour tout le monde. Si cette stratégie vous intéresse, assurez-vous de bien la comprendre et de mesurer les risques reliés à celle-ci.

Vous pouvez consulter le site web de l’Autorité des marchés financiers pour en apprendre davantage sur le sujet.

La fiscalité

La fiscalité est un aspect très important à considérer dans votre stratégie de gestion du passif. De nombreuses considérations fiscales pourraient faire en sorte qu’il serait plus avantageux pour vous de rembourser vos dettes plutôt que d’investir, ou vice versa. En voici quelques-unes :

  • Le fait que vous puissiez déduire de vos revenus les intérêts payés ou que ceux-ci vous donnent droit à un crédit d’impôt pourrait faire en sorte que de retarder le remboursement de vos dettes soit avantageux.
  • Les avantages liés aux régimes enregistrés comme le REER ou le REEE pourraient faire en sorte que de privilégier l’investissement serait avantageux.
  • Investir dans un régime non enregistré (ouvert) fera en sorte que les gains réalisés sur vos investissements seront en partie imposables. Dans cette condition, il faudra considérer le taux de rendement après impôt pour déterminer s’il est plus judicieux de rembourser vos dettes ou d’investir.

Les exemples mentionnés dans cet article ne prennent pas en compte cette dimension. Il a été considéré que les intérêts versés ne donnaient droit à aucune déduction et aucun crédit d’impôt. Il a également été considéré que les investissements étaient faits à l’intérieur d’un compte d’épargne libre d’impôt (CELI), et donc, à l’abri de l’impôt.

Quelle est la meilleure stratégie ?

La meilleure stratégie sera celle qui vous permettra d’optimiser votre situation financière en gérant de manière judicieuse vos passifs et vos investissements. Il n’y a pas de recette unique et il faut considérer tous les éléments applicables à votre situation. Y réfléchir vous permettra de mettre toutes les chances de votre côté pour atteindre vos objectifs.


Note : Les taux d’intérêt et de rendement supposés dans cet article sont hypothétiques. Ils ont été avancés pour fin de présentation et ne représentent pas les conditions actuelles des marchés financiers.

contact_01-2Charles Rioux Rousseau est associé principal, planificateur financier et conseiller en sécurité financière chez Consulta, Cabinet de services financiers.

N’hésitez surtout pas à lui poser toutes questions relatives à vos finances personnelles en lui écrivant à l’adresse suivante : charles@cabinetconsulta.com.



Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>